Son Histoire

Créé initialement par Daniel Cauchy, systémicien et formateur, le jeu de la ficelle a été expérimenté durant près de dix ans avec différents publics avant d’être finalisé sous sa forme actuelle en 2008 grâce aux apports de 11 organisations appartenant à des domaines d’action très diversifiés : formation, coopération au développement, recherche scientifique, action syndicale, promotion de la santé, défense de l’environnement, agriculture paysanne...

L’histoire de la naissance de la ficelle par Daniel Cauchy :

"Prenez un soupçon de révolte face aux maltraitances, quelques rencontres décisives dans le monde de la « bio », ajoutez un engagement dans le champs de l’éducation, une dose d’expérience de cuisinier et de gérant de restaurant, le soutien de « maîtres » bienveillants, une formation en systémique, des lectures inspirantes ; mélangez avec quelques amis engagés et vous obtenez un bonhomme qui prenait son bâton de pèlerin pour « dénoncer » l’absurdité de notre système alimentaire et proposer une « assiette écologique ».
Un peu fatigué de répéter toujours la même chose, voilà qu’il rencontre des membres d’une association de Saint-Gilles (qui s’appelait Amok) et qui lui demandent de venir répéter encore une fois son laïus. Ce petit groupe dynamique organisait plusieurs activités avec le CNCD et proposa des rencontres pour imaginer quelque chose de plus vivant et de plus « appétissant » qu’une conférence … !
Ce qui préoccupait déjà ce bonhomme à cette époque, c’était de montrer les liens, le « système » que fait notre assiette. Quelques expériences en des lieux étranges comme la fondation universitaire pour l’environnement de l’ULB lui avaient fait comprendre que le moment était difficile pour aborder cela : « vous mélangez tout » ou « mais monsieur, c’est du pluridisciplinaire » si l’on était très poli ! Comment expliquer, bien sûr, mais aussi montrer, faire sentir, rendre évident ?
Dans sa formation en systémique les jeux de rôles étaient très présents (et de un), quoi de plus évident pour désigner des liens qu’une ficelle (et de deux) : la recette s’ébauche ! Un peu de méthodologie du changement en systémique (et de trois) : ne pas désigner le consommateur comme coupable mais construire une attitude de résistance à un système : la recette est complète.
Le premier jeu de la ficelle se déroula donc à St Gilles le 12 novembre 1999 avec une cinquantaine de personnes. Les échos furent très positifs, aussi il garda la ficelle pour ses rencontres avec des groupes ; chouette les gens faisaient eux-mêmes la conférence. Le premier WE de formation eut lieu à la ferme du Hayon, organisé par le Réseau des Consommateurs Responsables. Il y reçut de Marc une très belle ficelle en chanvre qu’il utilise encore ! De fil en aiguille, de groupes en groupes, il rencontre Aline Wauters qui l’invite à un week-end de Quinoa, et voilà Michel Luntumbué qui trouve ce travail intéressant et considère qu’il faut en faire un outil pédagogique. Il parvient à trouver un subside et alors commence une autre aventure : écrire tout cela. Heureusement, Cécile Imberechts et Malorie Cauchy sont de la partie et y mettent leur cœur et leurs compétences. Déjà Quinoa et Rencontre des Continents œuvrent ensemble, mais nous décidons de construire l’outil en réseau en mobilisant d’autres associations, afin d’indiquer en cela le croisement des préoccupations environnementales, sociales et de santé. Aussi, il faut le dire, pour inviter à une réflexion commune et proposer de croiser nos préoccupations.
La suite, vous la connaissez, l’enfant a grandi, est devenu autonome, a trouvé d’autres papas et s’est multiplié. A un moment de la vie, on devient grand-père."

Trucs et ficelles

Phase 0 (se mettre dans le bain)

COMMENT INTRODUIRE LA THEMATIQUE ?
  • En travaillant sur leurs représentations initiales et partir de leur vécu. Par exemple en proposant de décrire (oralement, par écrit ou par le dessin) :
    • c’est quoi pour vous un repas idéal ?
    • quel est votre repas préféré ?
    • qu’avez-vous mangé hier ?
    • ...?
     (Public cible : enfants, tou-te-s, adolescent-e-s, élèves )
  • En visionnant un documentaire qui permet d’avoir une première approche de ce dont il va être question durant l’animation. Vous trouverez quelques propositions de films qui fonctionnent bien par ici.  (Public cible : tou-te-s )
  • En demandant de dessiner soit le système dans le quel nous vivons, soit le modèle de production/consommation alimentaire tel qu’ils se le représentent ( cf. phase 3 du Jeu de la ficelle) pour : pouvoir faire un aller-retour et/ou compléter le dessin au moment de la phase décodage ou simplement pour avoir un aperçu de l’idée qu’ils se font du modèle alimentaire contemporain.  (Public cible : alphas, tou-te-s )
ILLUSTRER LES FICHES
  • En créant une image, un élément de déguisement ou tout un déguisement pour chaque fiche. Cela permet à la fois de rendre la phase de jeu plus vivante, et de ne pas perdre le fil (hihihi) de qui était qui/quoi et reliè à qui/quoi.  (Public cible : tou-te-s )

Phase 1 (modélisation)

POINTS D’ATTENTION pour les animateurs-trices
  • Pas de panique, il ne faut pas être spécialisé en tout pour animer le Jeu de la ficelle ! Et si vous souhaitez faire semblant, n’oubliez pas les encadrés « Le saviez-vous ? » qui se trouvent dans la plupart des fiches thématiques du classeur.
    JPEG  (Public cible : enfants, adultes, alphas, tou-te-s, militants, adolescent-e-s, élèves )
  • N’oubliez pas les encadrés « Le saviez-vous ? » qui se trouvent dans la plupart des fiches thématiques du classeur (à actualiser vous-même, ahah !). Ces petites infos vous permettront, d’en rajouter une couche sur l’une ou l’autre thématique présente dans les fiches idéntité . Cette façon d’animer permet de rendre l’info encore plus marquante mais attention à ne pas en abuser.
    Par contre essayez dans la mesure du possible, de préparer ces notes en tenant compte du contexte et/ou du public.  (Public cible : adultes, tou-te-s, militants, élèves )
  • Pas de panique ! Comme disait Paolo Freire : « La meilleure question c’est quand il n’y a pas de réponse, comme ça on peut la chercher ensemble ! »  (Public cible : tou-te-s )
  • Couper-court aux débats, ce sera pour la phase décodage ! C’est parfois frustrant mais le risque que cette phase s’éternise est bien réel !  (Public cible : tou-te-s )
ASTUCES
  • Avec un groupe trop important : quelques solutions.
    • à partir de 30 personnes la phase de jeu peut vite devenir interminable. Si vous n’avez pas la possibilité de faire deux groupes en parallèle (donc deux personnes pour animer) vous pouvez par exemple désigner des rapporteurs/observateurs ou donner des tâches comme retranscrire le système au fur et à mesure, noter s’il y avait plusieurs personnes qui se sentaient en lien...
    • Si vous vous retrouvez avec un groupe vraiment très grand (plus que le nombre d’identités dont vous disposez, donc plus que les 35 présentes dans le jeu) mais qui a beaucoup de temps devant lui, vous pouvez proposer des fiches vierges à celles et ceux qui n’ont pas de place/d’identité. La consigne sera alors d’imaginer un rôle (réel - sur base de leur vécu - ou fictif - sur base de leur connaissance) inspiré par ou en lien avec les identités déjà présentes.
     (Public cible : tou-te-s )
  • Proposer aux participant-e-s d’interpréter leur fiche, de laisser vivre l’acteur qui sommeille en eux !  (Public cible : tou-te-s )
  • Insérer des petits extraits vidéo (de 1 à 3 min) comme par exemple celle-ci sur Monsanto et tous les enjeux autour des OGM ou celle-là sur la PAC...
    Ne pas en abuser sinon vous risquez de rendre cette phase interminable...  (Public cible : tou-te-s, adolescent-e-s, élèves )
  • Utiliser des éléments du contexte direct comme :
    • des emballages tirés de la poubelle pour montrer les ingrédients, additifs chimiques...
    • repérer quelques « made in » pour illustrer les règles de libre-échange, les phénomènes de délocalisation...
    • ...
     (Public cible : tou-te-s, adolescent-e-s, élèves )
  • Retranscrire visuellement la modélisation au fur et à mesure sur un tableau et/ou sur une carte du monde. Cela permet de garder une trace du système modélisé pour les phases suivantes. Vous pourrez également revenir plus facilement sur certains liens mis en évidence pendant le jeu.  (Public cible : tou-te-s )

Phase 2 (Phase ressentis)

POINTS D’ATTENTION pour les animateurs
  • Faire noter sur un petit papier l’émotion, le mot, l’onomatopée... bref, le ressenti. C’est important de passer par l’écrit pour éviter que les participant-e-s ne soient tentés de répéter ce que les autres ont déjà dis.  (Public cible : tou-te-s, adolescent-e-s )
ASTUCES
  • Faire exprimer les ressentis :
    • avec des émoticônes (ex : p’tites patates...) JPEG JPEG
    • avec un photo-langage
    • sur base de code couleur
    • ...
     (Public cible : alphas, tou-te-s )

Phase 4 (alternatives)

ASTUCES
  • Utiliser d’autres supports pour inspirer les participant-e-s avant de se lancer dans une phase de réflexion collective autour de la question des alternatives.
    Des films documentaires comme « Solutions locales pour un désordre global » (de Coline Serreau, 2013 - visible ici) ou « Cultures en transition » (de Nils Aguilar, 2012 - bande-annonce) proposent un bon point de départ pour une discussion sur notre modèle de production alimentaire.  (Public cible : adultes, alphas, tou-te-s, militants, adolescent-e-s, élèves )

Mots clés

Activer javascript